Requalification de la rue Saint Marceau

Vue en coupe de l'épaisseur du hérisson de la voie antique
Vue en coupe de l'épaisseur du hérisson de la voie antique

Une opération de requalification en 2022 a mis au jour la voie antique reliant Bourges à Orléans sous l’actuelle rue Saint-Marceau. Le bon état de conservation des vestiges de la voie a permis d’appréhender plusieurs de ses tronçons de manière assez continue tout au long de la grande tranchée technique destinée à l’enfouissement des réseaux.

Son mode de construction reste classique pour la période gallo-romaine : elle se compose essentiellement d’un premier niveau de fondation appelé radier ou hérisson fait de blocs de calcaire et de silex. Cette fondation est surmontée de plusieurs niveaux de cailloutis en galets de Loire, chaque niveau correspondant à une recharge de matériaux visant à la réfection de la voirie.

En raison de l’étroitesse des fenêtres d’observation, la largeur réelle de cette voie n’a pas pu être déterminée. Mais de possibles fossés bordiers mis au jour à l’ouest ou encore la présence d’aménagements de type trottoirs tendent à en définir des limites. À l’inverse d’autres creusement indiquent clairement la position de la bande de roulement, c’est le cas des nids de poule et des ornières, ces dernières sont particulièrement nombreuses se superposant les unes aux autres. C’est dans ces structures et, dans une moindre mesure, dans les niveaux d’occupation qu’on retrouve le mobilier céramique nous permettant de dater les différents niveaux de la voie.

Niveaux de recharges médiévaux et modernes composés de blocs et de cailloutis
Niveaux de recharges médiévaux et modernes composés de blocs et de cailloutis

Des niveaux de voiries se superposent sans discontinuer depuis la période antique jusqu’au niveau de préparation de la rue actuelle. Bien qu’entrecoupé par des niveaux d'alluvions liés à la proximité du fleuve, cet enchainement stratigraphique atteste de la permanence de cet axe, encore utilisé et entretenu aux périodes médiévales et persistant aujourd’hui.

La voie reliant Orléans à Bourges fait figure d’axe majeur à la période gallo-romaine, il s’agit d’un des principaux accès à la ville depuis le sud et détermine l’emplacement du pont au débouché de la place de la Bascule et de la rue du Petit puits au nord. Au 18e siècle l’avenue Dauphine est créée plus à l’ouest dans l’axe de l’actuel pont Georges V, à l’époque pont des Tourelles. Au détriment de la rue Saint-Marceau qui est alors reléguée à une fonction plus secondaire dans le réseau viaire. Des travaux sont entrepris sur son emprise au début du 20e siècle pour la construction d’un égout enfoui à 2 m de profondeur pour acheminer les eaux vers la Loire. De ces travaux de terrassements résultent les premières observations de la voie antique par Léon Dumuys.

Localisation de la rue Saint Marceau